menu

Les phases initiales de la maladie : les signes et les symptômes

 

Les phases initiales de la maladie : les signes et les symptômes


La schizophrénie apparaît ordinairement entre 15 et 30 ans. Mais la maladie peut se développer bien des années avant d’être diagnostiquée.

Les chercheurs en apprennent de plus en plus sur les étape initiales de la schizophrénie, appelée, «phase prodromique». Si la personne peut être aidée et traitée durant cette phase, avant que la maladie ne se développe en pleine psychose, ses chances de rétablissement seront meilleures. Elle pourrait également éviter de subir les séquelles à long terme causées par l’évolution de la maladie.

Plusieurs communautés offrent maintenant des programmes de diagnostic et d’intervention précoce qui aident à identifier les personnes à risque avant que la maladie ne s’aggrave. Ces programmes offrent aussi un traitement intensif et exhaustif immédiatement après le premier épisode psychotique.

Quels sont les signes avant-coureurs de la schizophrénie ?


Au début, les symptômes de schizophrénie ont tendance à apparaître graduellement. Ils peuvent être subtils et périodiques.

La famille proche note souvent un changement de comportement chez la personne. Quelques signes précurseurs de la maladie sont :

le repli sur soi – la personne perd contact avec ses amis et sa famille; elle perd intérêt dans ses activités habituelles et semble déprimée

des problèmes à l’école ou au travail, ou de la difficulté à penser et à se concentrer;
  • un manque d’énergie; des troubles de sommeil – fatigue chronique ou insomnie;
  • une hostilité inattendue ou un comportement antisocial; l’usage de mots dépourvus de sens;
  • de la méfiance ou un comportement paranoïaque;
  • voir des choses ou entendre des voix qui n’existent pas, parler à quelqu’un qui n’est pas là ou rire sans raison;
  • une obsession soudaine avec la religion ou le sexe; la consommation d’alcool ou de drogues (il s’agit habituellement d’une manière de faire face à la maladie).

Que faire si l’on croit qu’une personne est atteinte de schizophrénie ?


Si vous connaissez une personne qui manifeste des signes de schizophrénie, parlez immédiatement à un médecin. Il est important que la personne soit traitée le plus tôt possible. Une intervention rapide :
  • Augmente ses chances de rétablissement.
  • Accélère sa récupération.
  • Réduit le risque d’autres problèmes, tels que le suicide, la dépression, et les ennuis avec la loi.
  • Réduit le risque de problèmes scolaires ou professionnels, ainsi que dans les autres aspects de la vie.

La schizophrénie est-elle traitable ?


Oui, la schizophrénie est un trouble du cerveau qui peut être traité. De nouvelles technologies aident les médecins à mieux comprendre la maladie et ses effets sur les personnes. Vous entendrez peut-être des médecins parler de différentes façons d’étudier le cerveau et de comprendre ses fonctions en utilisant les technologies suivantes :
  • EEG (électroencéphalogrammes);
  • examen TDM (tomodensitométrique);
  • IRM (imagerie par résonance magnétique);
  • TEP (tomographie par émission de positrons);

Les médicaments sont à la base du traitement. Heureusement, plusieurs nouveaux médicaments présentent moins d’effets secondaires que leurs prédécesseurs. Cela veut dire que les personnes souffrant de schizophrénie peuvent avoir une meilleure qualité de vie qu’auparavant. Les médecins travaillent étroitement avec leurs patients pour trouver les bons médicaments ainsi que la dose appropriée pour chaque personne.

En plus de consulter un psychiatre, la personne cherchant à se rétablir de sa maladie peut bénéficier des services d’un gestionnaire de cas ou d’un thérapeute. Elle aura sans doute besoin d’aide pour comprendre sa maladie.

La personne souffrant de schizophrénie a aussi besoin du soutien de sa communauté, par exemple : un logement sécuritaire à prix abordable ainsi que des programmes sociaux et de formation. Les membres de la famille et les amis ont aussi besoin de soutien, d’éducation et de counselling. Ils représentent une partie importante du traitement et du plan général de rétablissement de la personne.

Qu’est-ce qui retarde le diagnostic précoce de la schizophrénie ?


Le diagnostic de schizophrénie suivant l’apparition de signes précurseurs est souvent retardé pour les raisons suivantes :
  • L’adolescence est une période de changement. Plusieurs parents remarquent les changements d’humeur et de comportements de l’adolescent, mais ils estiment qu’il s’agit uniquement d’une « phase passagère
  • Souvent, la personne atteinte de schizophrénie ne se rend pas compte qu’elle est malade.
  • Il n’existe aucun test médical pour indiquer si quelqu’un est atteint de schizophrénie. Le diagnostic est basé sur plusieurs facteurs, y compris les comportements rapportés par la personne elle-même ainsi que par d’autres personnes.
  • La plupart des médecins de famille n’ont pas de formation spécialisée pour reconnaître les troubles mentaux.
La schizophrénie est une maladie qui fait encore peur aux gens et les rend mal à l’aise. À cause de la stigmatisation qui est associée à la maladie, la famille accepte difficilement la maladie d’un proche parent.